Les tissus adipeux peuvent aider les cellules cancéreuses à proliférer et à métastaser

Les tissus adipeux peuvent aider les cellules cancéreuses à proliférer et à métastaser

L’obésité est la deuxième cause derrière le tabagisme en tant que principale cause évitable de cancer aux États-Unis. Cela est lié non seulement à l’incidence du cancer, mais également à la progression et à l’évolution de la maladie. Il est donc important de comprendre comment les tissus adipeux communiquent avec les cellules tumorales in vivo.

Pour ce faire, la plupart des groupes d’étude «donnent aux souris un régime alimentaire riche en graisses et observent l’évolution de la tumeur», explique Jorge Moscat , qui étudie le métabolisme du cancer à l’institut médical Sanford Burnham Prebys à La Jolla, en Californie. Mais ce régime entraîne de multiples effets de confusion sur le métabolisme de la souris, ajoute-t-il. Avec ses collègues, il a donc décidé de tenter une autre approche: éliminer sélectivement le gène d’une protéine favorisant l’autophagie dans les adipocytes d’un modèle murin de cancer de la prostate chez la souris transgénique. Moscat et son équipe savaient, grâce à des études antérieures, que des souris non cancéreuses dont les cellules adipeuses étaient dépourvues de cette protéine, appelée p62, étaient obèses et résistantes à l’insuline, même lorsqu’elles avaient une alimentation normale. Les chercheurs ont voulu voir quel effet, le cas échéant, cette modification aurait sur les cellules cancéreuses.

Comparativement aux souris témoins, les mutants déficients en p62 développaient davantage de tumeurs et montraient des taux de métastases plus élevés, confirmant ainsi que la protéine était un suppresseur de tumeur. Les chercheurs ont découvert que le tissu adipeux des animaux déficients en p62 avait une activité réduite du complexe protéique régulant le métabolisme mTORC1 et que leurs adipocytes métabolisaient moins d’acides gras. « Cela rend beaucoup de nutriments disponibles pour la tumeur », explique Moscat.

La graisse des souris a également montré une production et une sécrétion élevées d’une protéine appelée ostéopontine, qui favorise la prolifération et l’envahissement de la tumeur. Ce résultat était reflété par les données cliniques de l’équipe, qui ont révélé un lien entre l’expression de l’ostéopontine et un pronostic médiocre chez les patients atteints d’un cancer de la prostate.

Moscat soutient que les souris TRAMP présentent la pathologie de certains types de cancer de la prostate cliniquement pertinents, et que l’approche de l’équipe peut aider à identifier de nouvelles cibles thérapeutiques pour bloquer les effets promoteurs de tumeurs des adipocytes. Les chercheurs envisagent maintenant d’utiliser une méthode similaire pour étudier la diaphonie de la graisse avec les hépatocytes, a-t-il ajouté. «C’est une riche source de cibles thérapeutiques potentielles» non seulement pour le cancer du foie, mais également pour d’autres maladies liées au foie, telles que le diabète de type 2, alors «nous essayons d’étendre notre étude à ce système beaucoup plus complexe».

 

Article résumé et traduit de : https://www.the-scientist.com/the-literature/fat-tissue-can-help-cancer-cells-proliferate–metastasize–65656