Le cancer de la prostate serait en baisse, selon une nouvelle étude

Le cancer de la prostate serait en baisse, selon une nouvelle étude

Le cancer de la prostate, l’une des formes de cancer les plus meurtrières chez les hommes aux États-Unis et dans le monde, est en baisse, selon de nouvelles recherches.

Les chercheurs ont examiné les données de l’Organisation mondiale de la santé sur les cinq continents de 1980 à 2012 et ont constaté une tendance encourageante. Dans la plupart des régions du monde, le taux d’hommes diagnostiqués et en train de mourir d’un cancer de la prostate a diminué ou s’est stabilisé, selon l’étude présentée mardi lors de la réunion de l’American Association of Cancer Research à Atlanta.

Prostate

Glande en forme de noix située sous la vessie, la prostate sécrète le liquide séminal, qui nourrit et permet le transport du sperme.

Le docteur Alex Krist, vice-président du groupe de travail américain sur les services préventifs et professeur de médecine familiale et de santé des populations à la Virginia Commonwealth University, qui ne participait pas à l’étude, a expliqué que le cancer de la prostate « est l’un des cancers les plus répandus chez les hommes. En général, le cancer de la prostate se développe lentement.  » (…)

La nouvelle étude note que le cancer de la prostate est la deuxième cause de diagnostic de cancer et la sixième cause de décès par cancer chez les hommes dans le monde. Les auteurs notent également que, depuis 2012, le cancer de la prostate est à l’origine de l’incidence du cancer chez les hommes ou de nouveaux diagnostics dans 96 pays et qu’il est la cause de décès la plus fréquente chez les hommes dans 51 pays.

« En comparant les taux de différents pays, nous pouvons évaluer les différences dans les pratiques de détection et les améliorations du traitement », a déclaré MaryBeth Freeman, auteure principale de l’étude et scientifique associée principale de la recherche sur la surveillance à la American Cancer Society. « Des études antérieures ont indiqué une variation significative des taux de cancer de la prostate, en raison de facteurs tels que les pratiques de détection, la disponibilité du traitement et des facteurs génétiques. »

Les taux de diagnostic du cancer de la prostate ont diminué dans sept pays de 2008 à 2012, et 33 pays ont montré une stabilisation des taux de diagnostic, a révélé l’étude. De 2008 à 2012, ce sont les États-Unis qui ont enregistré la plus forte diminution du nombre d’hommes chez qui un cancer de la prostate a été diagnostiqué.

Freeman et ses collègues ont trouvé ces résultats encourageants et sont convaincus que les recherches soutiennent l’utilisation du dépistage antigénique spécifique de la prostate.

Article résumé et traduit de : https://www.cnn.com/2019/04/02/health/prostate-cancer-global-rates-study/index.html