L’asthme : mieux vaut prévenir que guérir!

L’asthme : mieux vaut prévenir que guérir!

iStock_000014368738SmallMaladie chronique, l’asthme se caractérise par une inflammation des voies respiratoires mais surtout des bronches et des bronchioles. La personne atteinte a alors de la difficulté à respirer, elle est essoufflée, a une respiration sifflante, tousse ou ressent une pression dans la poitrine.

En 2011, 8,6 % des Canadiens de 12 ans et plus ont reçu un diagnostic d’asthme d’un professionnel de la santé. Ce taux était de 9,8 % pour les femmes et de 7,4 % pour les hommes. *

L’enfance et le début de la quarantaine semblent deux périodes de la vie plus propices à son apparition.

Les antécédents familiaux et l’environnement pourraient jouer un rôle dans la manifestation de la maladie. En effet, une personne est plus susceptible de devenir asthmatique si certains membres de sa famille en souffrent. Certaines recherches ont aussi démontré que les personnes qui demeurent près d’endroits pollués risquent davantage de devenir asthmatiques. Les fumeurs et les gens qui travaillent avec des agents irritants, par exemple la poussière de bois, le textile, les produits chimiques, la peinture, ainsi que celles qui ont des allergies seraient également plus touchées.

Les symptômes sont légers, modérés ou graves, peuvent survenir à différentes fréquences et varier d’une personne à l’autre.

Grâce à des tests de spirométrie, il est possible de dépister l’asthme au début de son apparition. Il s’agit d’un ensemble de mesures de la capacité des poumons, réalisées à l’aide d’un spiromètre. Le patient doit alors souffler dans un petit appareil électronique muni d’un embout. On utilise cette façon de faire depuis plusieurs années afin de diagnostiquer l’asthme et les maladies pulmonaires obstructives chroniques.

Le réseau des Cliniques médicales Lacroix offre la spirométrie sans attente par une inhalothérapeute spécialisée dans l’ensemble de ses cliniques privées. Il est aussi possible de rencontrer sans délai le Dr Jean Roy, membre de leur équipe. Ce médecin omnipraticien de 38 ans d’expérience possède une solide expérience dans le domaine des maladies respiratoires, dont l’asthme.

Il est également possible d’évaluer l’état respiratoire d’une personne en ayant recours à l’aérosolthérapie par nébulisation. On projette alors dans les voies respiratoires un micro-brouillard de substances volatiles qui peuvent être médicamenteuses ou non.

Les personnes atteintes d’asthme et de maladies pulmonaires chroniques doivent apprendre à maîtriser leur respiration. Des techniques sont proposées à cet effet dans le site de l’Association pulmonaire (http://www.poumon.ca/diseases-maladies/copd-mpoc/breathing-respiration/index_f.php).   Il est aussi important de connaître la bonne façon de prendre sa médication : http://www.poumon.ca/diseases-maladies/asthma-asthme/medications-medicaments/index_f.php#prevention.

Avec cinq cliniques dans la grande région de Québec et huit médecins hors RAMQ, ainsi que quatre cliniques affiliées dans la province, le réseau des Cliniques Lacroix est le leader en soins de santé privés au Québec.

*Source : Statistique Canada