Gonorrhée et Chlamydia

Gonorrhée et Chlamydia

 

Par Sarah Gagné, infirmière clinicienne

Définition:

La gonorrhée (communément appelée « chaudepisse ») et la chlamydia (connue sous le nom de « maladie silencieuse ») sont des infections bactériennes à déclaration obligatoire pouvant affecter différentes parties du corps dont l’appareil génital, l’appareil reproducteur, le rectum, le foie, la gorge et les yeux. Ses infections sont très souvent associées et difficilement différenciables (voir le tableau comparatif sous Signes et symptômes fréquents).

Selon le site gouvernemental « Canadien en santé », les hommes sexuellement actifs âgés de moins de 24 ans sont les plus touchés par la gonorrhée. Ce même site affirme que les filles et les femmes sexuellement actives de 15 à 24 ans sont plus fréquemment infectées par la chlamydia, et n’ont souvent aucun symptôme.

Dans les deux cas, les sécrétions purulentes provenant principalement de l’urètre chez l’homme se mélangent au sperme et celles provenant du col de l’utérus aux sécrétions vaginales. De ce fait, les bactéries se transmettent lors des relations sexuelles non protégées (vaginales, anales ou orales) lorsque le fluide biologique infecté entre en contact avec une muqueuse soit le vagin, l’anus, le bout du pénis, la bouche et les yeux.

Les microorganismes peuvent également être transmis de la mère à son enfant lors de l’accouchement. Elles sont la source de conjonctivite néonatale et de pneumonie suite à la naissance.

Signes et symptômes fréquents:

Chez l’homme:

  • Difficulté à uriner et brûlure à la miction
  • Écoulement purulent du pénis ou de l’anus
  • Démangeaisons dans la région génitale

Chez la femme :

  • Douleur à la miction
  • Douleur dorsale et au bas-ventre
  • Pertes vaginales malodorantes et parfois sanguinolentes
  • Démangeaisons dans la région génitale

 

Site de l’infection Gonorrhée Chlamydia Signes et symptômes associés*
HOMME
Urètre Inflammation de l’urètre (urétrite) Inflammation de l’urètre causée par ou non par la gonorrhée Difficulté à uriner; sensation de brûlure à la miction; écoulement purulent du pénis
Épididyme (organes de l’appareil génital) Inflammation de l’épididyme (épididymite) Inflammation de l’épididyme (épididymite) Douleur à la miction; douleur s’irradiant dans l’aine ou le bas-ventre; pression au niveau du testicule
Rectum Inflammation de la prostate (prostatite) Inflammation de la prostate (prostatite) Écoulement purulent, tension douloureuse avec sensation de brûlure et envie constante d’aller à la selle ou d’uriner (ténesme)
Conjonctive Inflammation de la conjonctive (conjonctivite) Inflammation de la conjonctive (conjonctivite) Dans un œil ou les yeux : rougeur, démangeaisons, sensation graveleuse, formation de croûte, sensation de déchirement
Systémique Infection gonococcique disséminée (1) La maladie de Reiter (2) 1- Douleur arthritique avec ou sans lésions à la peau; gonflement des articulations; rash purulent

2- Douleurs et diarrhée suivi d’une urétrite

FEMME
Urètre Syndrome urétral aigu Syndrome urétral aigu Difficulté à uriner; augmentation de la fréquence urinaire; douleur au dos; douleur et crampes dans au bas ventre.
Glandes de Bartholin Inflammation des glandes (Bartholinite) Inflammation des glandes (Bartholinite) Douleur et gonflement dans la zone de la vulve
Col de l’utérus Inflammation du col de l’utérus (cervicite) Inflammation du col de l’utérus (cervicite);

Cellules atypique du col de l’utérus

Pertes purulentes malodorantes parfois sanguinolentes; démangeaisons
Trompes de Fallope Inflammation d’une ou des trompes de Fallope (Salpingite) Inflammation d’une ou des trompes de Fallope (Salpingite) Douleur pelvienne
Conjonctive Inflammation de la membrane blanche de l’œil (conjonctivite) Inflammation de la membrane blanche de l’œil (conjonctivite) Dans un œil ou les yeux : rougeur, démangeaisons, sensation graveleuse, formation de croûte, sensation de déchirement
Foie Inflammation dans la région qui entoure le foie (périhépatite) Inflammation dans la région qui entoure le foie (périhépatite) Douleurs dans la partie supérieure droite de l’abdomen
Systémique Infection gonococcique disséminée Inflammation arthritique et de la peau (arthrite et dermatite) Douleur arthritique avec ou sans lésions à la peau; gonflement des articulations; rash purulent

 

* La fièvre est habituellement présente lors d’une infection/inflammation.

Par contre, certaines personnes peuvent ne pas avoir de symptômes. C’est pourquoi le dépistage est le meilleur moyen de savoir si une infection est présente.

Complications :

Les complications de ces infections transmissibles sexuellement (ITS) de considérables complications si non traitées.

LA GONORRHÉE
  • Chez l’homme: la prostatite, le rétrécissement de l’urètre et la stérilité suite à une inflammation chronique des testicules (orchite/épididymite).
  • Chez la femme: la maladie pelvienne inflammatoire susceptible de causer des douleurs chroniques, un abcès d’une ou des glandes qui participent à la lubrification du vagin (glandes de Bartholin), la grossesse ectopique et l’infertilité.
LA CHLAMYDIA
  • Chez l’homme: l’épididymite, la possibilité d’infertilité et la maladie de Reiter caractérisée par le rétrécissement de l’urètre, des conjonctivites, l’arthrite et des lésions aux muqueuses.
  • Chez la femme: la maladie pelvienne inflammatoire et la grossesse ectopique.

En bref, chez les deux sexes, il y a possibilité de perturbation du fonctionnement de certains organes de façon permanente si ces ITS ne sont pas traitées.

Dépistage :

Le diagnostique peut se faire à l’aide d’un échantillonnage d’urine prélevé au moins 2 heures après la dernière miction et ce, chez les hommes et les femmes.

De plus, une culture vulvovaginal (écouvillonnage) peut être faite lors d’un examen gynécologique.

Si les signes et symptômes et l’historique des pratiques sexuelles en indiquent la nécessité, un prélèvement de la gorge et de l’anus peuvent permettre le diagnostique final.

Traitement:

Puisque la gonorrhée et la chlamydia sont des ITS causées par des bactéries, elles se traitent à l’aide d’une antibiothérapie. Les antibiotiques se doivent d’être prescrits par un professionnel de la santé suite à la réception des résultats et du diagnostic posé.

Conseils pour la prévention des ITSS:

Informez-vous sur l’historique des ITSS de votre(ou vos) partenaire(s) et exigez l’utilisation de protection lors des relations sexuelles.

L’utilisation correcte du condom et de la digue dentaire (carré de latex qui évite les contacts directs avec la bouche lors de relations orales) peuvent réduire le risque de contracter les ITSS lors des relations intimes.

De plus, il est primordial d’aviser son partenaire si nous sommes atteints d’une ITSS même si les symptômes ne sont pas apparents car la transmission peut être possible.

Si vous ou votre(ou vos) partenaire(s) avez des signes et symptômes indiquant une ITSS probable, éviter les relations intimes de contact rapprochées et consultez rapidement un professionnel de la santé.

 

Sentinelle Santé offre maintenant le dépistage rapide avec une infirmière afin de diagnostiquer et traiter les ITSS.

Pour de plus amples information, veuillez visiter notre site web ou simplement nous téléphoner au 819-778-1330.

 

www.sentinellesante.ca

 

 

 

Ressources :

Santé et service sociaux du Québec:www.itss.gouv.qc.ca

La source canadienne de renseignement sur le VIH et l’hépatite C: www.catie.ca

Gouvernement du Canada : www.canadiensensante.gc.ca

Gouvernement du Québec (portail santé mieux-être) : www.sante.gouv.qc.ca

Medical Surgical Nursing (2000), Lewis, S.; Heitkemper,M. et Dirken, S

 

 



Vous êtes en quarantaine, en confinement ou en isolement?
Aux Cliniques Médicales Lacroix, nous vous offrons la possibilité de consulter un professionnel de la santé à distance grâce à notre service de télémédecine. Pour plus d’informations :